redtube, porno
Print Friendly, PDF & Email
  • APPEL À CONTRIBUTIONS D’ARTICLES EXERCICE 2017

    Print Friendly, PDF & Email

    Suite au 18e Sommet de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine qui s’est tenu du 23 au 30 janvier 2012, à Addis-Abeba, Éthiopie, portant sur le thème « Promouvoir le commerce intra-africain », le rôle des Communautés économiques régionales –CER– s’est renforcé dans la mise en Å“uvre du Traité d’Abuja instituant la Communauté économique africaine et l’Acte constitutif de l’Union africaine.

    Les CER, en tant que composantes de l’Union africaine, ont continué à poursuivre individuellement le programme d’intégration en tant que stratégie de développement et de transformation fondée sur le libre-échange, les unions douanières et les marchés communs dans leurs territoires respectifs.

    Afin de réaliser ce programme, des engagements historiques ont été pris, notamment la décision du Marché commun de l’Afrique orientale et australe –COMESA–, de la Communauté est-africaine –EAC– et de la Communauté de développement de l’Afrique australe –SADC– d’établir une Zone de libre-échange unique –ZLE–. La ZLE tripartite, créée le 10 juin 2015, à Charm el-Cheikh, en Égypte, couvre 26 pays représentant plus de la moitié des États membres de l’UA.

    L’établissement de la ZLE tripartite a relancé l’intérêt pour la constitution d’une ZLE continentale plus élargie. Face aux progrès accomplis dans la mise en place des ZLE et des unions douanières dans diverses CER, les ministres du Commerce de l’UA ont recommandé, lors de la 6e session ordinaire tenue le 29 octobre 2010 à Kigali, Rwanda, l’accélération de la mise en place d’une ZLE africaine. C’est ainsi que les négociations sont dans leurs phases préliminaires et que le lancement de la ZLEC est prévu pour cette année 2017.

    À l’échelle continentale, la consolidation de tous ces efforts individuels devrait aboutir à la mise en place d’un Marché commun africain –MCA– et d’une Communauté économique africaine –AEC– dans laquelle les politiques économiques, fiscales et sectorielles seront uniformes à travers le continent. Cette démarche devrait aboutir à l’abolition des obstacles tarifaires et non tarifaires, renforçant ainsi le commerce intra-africain.

    Le COMESA, qui est reconnu par l’UA comme l’une des CER les plus larges en Afrique, joue actuellement un rôle essentiel dans la consolidation des marchés régionaux. Le COMESA a été créé en 1994 pour remplacer la Zone d’échanges préférentiels des États de l’Afrique orientale et australe –ZEP–, établie en 1981 dans le cadre du Plan d’action de Lagos de l’Organisation de l’unité africaine –OUA– et de l’Acte final de Lagos. Le bloc régional du COMESA comprend actuellement 19 États membres (Burundi, Djibouti, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Libye, Madagascar, Malawi, Maurice, Ouganda, République démocratique du Congo, Rwanda, Seychelles, Soudan, Swaziland, Union des Comores, Zambie et Zimbabwe).

    Le COMESA a réussi à mettre en place une ZLE en octobre 2000, avec comme objectif principal de faciliter l’intégration régionale par le biais de la suppression des droits de douane sur les biens échangés entre les États membres. L’organisation envisage de progresser vers un Marché commun et, en fin de compte, une Communauté économique d’ici l’année 2025. Le programme d’intégration régionale du COMESA couvre un large éventail de questions telles que le commerce et les affaires monétaires, l’investissement, l’agriculture, l’infrastructure, le genre, le changement climatique, les normes et la sécurité, parmi les autres questions relatives au commerce.

    Malgré les progrès réalisés dans la conclusion des différents programmes de négociations, la mise en Å“uvre des obligations qui ont été convenues par les États membres demeure plutôt lente. Ce fait s’explique en partie par des lacunes en matière de capacité aussi bien dans les États membres que le Secrétariat pour la mise en Å“uvre des programmes convenus. C’est dans ce contexte que le Programme COMESA-ACBF pour le renforcement des capacités en matière de recherche et analyse des politiques économiques et commerciales a été lancé afin de renforcer la capacité des États membres et du Secrétariat, et ainsi favoriser des prises de décisions politiques basées sur des données probantes.

    Objectif de l’appel à contributions d’articles

    L’objectif de cet appel d’articles est de susciter des travaux de recherche empirique ou basés sur les politiques suivies et qui visent à examiner en profondeur les questions pertinentes au programme d’’intégration régionale du COMESA, le but ultime étant de renforcer le commerce intra-africain.

    170213_Call-for-papers-2017_FR.docx (107 downloads)
    Leave a reply →

Photostream