Mise en place de l’équipe de pilotage du Programme du petit commerce transfrontière régional

Les petits commerçants transfrontières figurent parmi les principaux bénéficiaires des nouveaux projets en cours d’exécution depuis une année dans la région tripartite COMESA-EAC-SADC.

Ces projets sont l’Initiative régionale en faveur du petit commerce transfrontière (IPCTF) d’un montant de 15 millions d’euros et le Projet de facilitation du commerce d’un montant de 53 millions d’euros. Ils sont financés par le 11e Fonds de développement de l’Union européenne (FED 11) et visent à accroître les flux du petit commerce transfrontière.

Le Comité directeur des projets (CDP) a été mis en place et a tenu sa première réunion à Lusaka, en Zambie, de lundi à mercredi de la semaine dernière. Le CDP a examiné l’état d’avancement de la mise en œuvre des projets et en a défini son mandat.

Le CDP fournira les orientations générales en matière de politique et de stratégie et sera chargé de coordonner en particulier la mise en œuvre entre les différents acteurs qui ont été délégués et co-délégués pour gérer divers aspects de l’ensemble du programme.

Quinze États membres étaient représentés à la réunion : Burundi, Djibouti, Égypte, Éthiopie, Eswatini, Kenya, Madagascar, Malawi, Maurice, Ouganda, Rwanda, Soudan, Union des Comores, Zambie et Zimbabwe.

L’initiative PCTF est destinée à relever les défis auxquels sont confrontés les petits commerçants notamment les coûts de transaction élevés qui sont causés par les retards à la frontière, des taxes et des coûts de transport élevés; la corruption et le harcèlement entre autres. Dans la région COMESA, le petit commerce transfrontière représente 30 à 40% du commerce total.

«Ces défis sont à la base de l’Initiative en faveur du petit commerce transfrontière du COMESA que le programme se charge de gérer pour ainsi faciliter et formaliser ces échanges», a déclaré M. Kipyego Cheluget, Secrétaire général adjoint chargé des programmes du COMESA, dans son allocution aux délégués.

Lors de la réunion, il a été observé que les représentants des commerçants transfrontières ne sont pas pleinement équipés pour défendre les intérêts de leurs membres. En outre, il n’existe pas de données suffisantes (ventilées par sexe) pour bien comprendre le petit commerce informel et il n’existe pas d’infrastructures frontalières adéquates pour ce type de commerce.

Le Programme de facilitation du commerce vise à accroître les échanges intrarégionaux de biens, de personnes et de services par la réduction des coûts et des retards d’importations et d’exportations aux postes-frontières retenus. Ce problème sera résolu par la réduction des obstacles non tarifaires (ONT), la mise en œuvre de la Zone de libre-échange numérique (ZLEN), l’Accord de l’OMC sur la facilitation des échanges AFE-OMC), l’amélioration de la Gestion coordonnée des frontières (GCF), la libéralisation du commerce des services et la libre circulation des personnes.

La mise en œuvre des deux projets va contribuer à augmenter les recettes publiques aux frontières, à accroître la sécurité et à améliorer les revenus des commerçants.

Des activités spécifiques ont été codéléguées à des Agences des Nations unies en raison de leurs expertise et compétences dans leurs domaines
respectifs. Il s’agit des organisations suivantes: le Centre du commerce international (CCI), l’Organisation internationale pour les migrations
(OIM), la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Certaines activités du programme concerneront l’ensemble de la région COMESA/tripartite tandis que d’autres se concentreront sur les frontières ciblées à savoir: Chirundu (Zambie/Zimbabwe); Mchinji/Mwami (Malawi/Zambie); Moyale (Éthiopie/Kenya) ; Kasumbalesa (RD Congo/Zambie) ; et Tunduma/Nakonde (Tanzanie/Zambie).

Le CDP est composé d’experts du Secrétariat du COMESA qui constitueront les principaux moteurs du projet et comprendra des représentants de l’Union européenne, de l’OIM et des cinq États membres ciblés.

Le Chef de la Coopération à la Délégation de l’Union européenne en Zambie et auprès du COMESA, M. Gianluca Azzoni, a souligné la nécessité d’une
coordination efficace de la mise en  oeuvre du programme entre le COMESA, les États membres et les Agences multilatérales participantes.

 



Laisser un commentaire