Lancement d’un projet de 6,8 millions d’euros pour la modernisation des postes-frontières zambiens

Le gouvernement zambien, en partenariat avec l’Union européenne (UE) et le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), a procédé au lancement officiel d’un projet de 6,8 millions d’euros visant à moderniser les postes-frontières zambiens.

 

Le projet, Zambia Border Posts Upgrade Project (ZBPUP), dont la mise en œuvre est en cours depuis la signature de la convention de financement en novembre 2020, vise à améliorer les flux du commerce intra-régional de biens, de personnes et de services. Il est axé sur les interventions identifiées comme étant essentielles pour améliorer le profil de la Zambie en matière de commerce et de facilitation des échanges.

 

Jusqu’à présent, des progrès considérables ont été réalisés dans le domaine du renforcement des capacités et de la sensibilisation aux trois postes-frontières, à savoir Mwami (Zambie/Malawi), Chirundu (Zambie/Zimbabwe) et Nakonde (Zambie/Tanzanie).

 

« Ce projet contribuera à améliorer les procédures d’importation et d’exportation, les exigences en matière de transit et les procédures douanières, et à réduire le temps passé aux frontières », a déclaré le ministre zambien du Commerce et de l’Industrie, M. Chipoka Mulenga, lors de la cérémonie de lancement à Lusaka, le jeudi 24 février 2022. « La suppression des incitations qui contribuent aux pratiques de corruption aidera à améliorer la collecte des recettes et la compétitivité des entreprises en Zambie. »

La modernisation des trois postes-frontières à guichet unique (PFGU) permettra de réduire les délais et les coûts de dédouanement des passagers et des marchandises traitées. Elle contribuera par ailleurs à améliorer l’efficacité des services offerts par les agences frontalières, ce qui augmentera de ce fait la satisfaction des utilisateurs des installations frontalières et la perception des recettes.

En outre, le projet contribuera à améliorer les compétences et les capacités des agences frontalières et de celles du secteur privé par le biais d’une série d’activités de renforcement des capacités et de sensibilisation aux questions essentielles liées à la facilitation des échanges. En outre, le ZBPUP contribuera à réduire le nombre d’obstacles non tarifaires (ONT) signalés aux trois postes-frontières ciblés.

Le ministre Mulenga a apprécié le soutien continu apporté par le Secrétariat du COMESA et l’UE à son ministère dans le domaine de la facilitation des échanges.

La Secrétaire générale du COMESA, Mme Chileshe Mpundu Kapwepwe, a déclaré que le renforcement des infrastructures physiques et souples dans la région était essentiel pour favoriser l’intégration économique.

« Plus précisément, il accroît la compétitivité en réduisant les coûts de production et de transaction et en améliorant la valeur ajoutée et les investissements », a déclaré Mme Kapwepwe, qui était représentée par le Secrétaire général adjoint chargé des Programmes, l’Amb.  Kipyego Cheluget.

Tous deux ont plaidé en faveur d’un programme soutenu de visibilité et de communication afin que la population soit constamment informée des améliorations apportées aux trois frontières.

Ce soutien au projet de modernisation a été fourni dans le cadre de l’accord global de 48 millions d’euros signé entre le Secrétariat du COMESA et l’Union européenne, qui vise à accroître les flux commerciaux intra-régionaux de biens, de personnes et de services.

L’UE était représentée au lancement par M. Bruno Hanses qui a réitéré le soutien de l’Europe au programme d’intégration régionale du COMESA. M. Hanses a déclaré que l’UE était disposée à partager son expérience et les enseignements tirés de son propre marché intérieur avec le COMESA et ses États membres.

This post is also available in: English (Anglais) العربية (Arabe)

USA TODAY Politics Life Economics Money Sports Tech Travel All articles