APPEL À CONTRIBUTIONS 2021

Le Coronavirus, qui a commencé comme une simple épidémie à Wuhan (Chine) en décembre 2019, s’est rapidement propagé à travers le monde, menaçant l’existence de l’humanité, l’intégration économique mondiale, les chaînes d’approvisionnement et la mobilité humaine en général. Au 12 janvier 2021, près de 89 millions de cas confirmés d’infections à la Covid-19 avaient été enregistrés dans le monde, plus de 1,9 millions de personnes ayant succombé à la maladie (Organisation mondiale de la santé, 2021).

La pandémie de Covid-19 a plongé l’économie mondiale dans une profonde récession comparable uniquement à la crise financière mondiale de 2008 et à la Grande Dépression des années 1930. Bien qu’étant une crise sanitaire, la pandémie de Covid-19 a entraîné des effets économiques et sociaux dévastateurs. Du côté de l’offre, les infections réduisent l’offre de main-d’œuvre et la productivité, tandis que les confinements, les fermetures d’entreprises et la distanciation sociale provoquent également des perturbations de l’offre. Du côté de la demande, les licenciements et la perte de revenus (liés à la morbidité, aux quarantaines et au chômage) et la détérioration des perspectives économiques réduisent la consommation des ménages et l’investissement des entreprises (Chudik et al., 2020).

Les perturbations économiques causées par la Covid-19 ont entraîné un effondrement sans précédent du commerce international en 2020 (CNUCED, 2020). Le Fonds monétaire international a prévu que le volume du commerce mondial des biens et des services se contracterait de 10,4% en 2020 et augmentera d’environ 8% en 2021. Les volumes commerciaux modérés reflètent en partie les changements possibles dans les chaînes d’approvisionnement, les entreprises redistribuant la production pour réduire les vulnérabilités liées à la dépendance vis-à-vis des producteurs étrangers. Alors que tous les pays devraient subir de fortes baisses des exportations et des importations, les économies dépendantes du tourisme connaîtront des baisses plus profondes en raison des restrictions de voyage et de la peur des consommateurs de contagion. Les exportateurs de pétrole ont subi un grave choc des termes de l’échange avec la chute des prix du pétrole..

Le secteur des services a été fortement touché par la Covid-19. Les perturbations de l’offre de services ont un impact économique et commercial majeur en raison du rôle du secteur dans la fourniture d’intrants pour d’autres activités économiques, notamment la facilitation des chaînes d’approvisionnement et le commerce des marchandises. Selon l’OMC, les services qui reposent sur la proximité physique entre les fournisseurs et les consommateurs ont été les plus touchés par les restrictions de mobilité et les mesures de distanciation sociale.

La Covid-19 a eu un effet direct et indirect sur le commerce agricole et la sécurité alimentaire. Selon le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM), les marchés alimentaires mondiaux restent robustes avec des stocks abondants de la plupart des produits de base après de bonnes récoltes en 2019. Cependant, des menaces pour la sécurité alimentaire et la nutrition sont susceptibles de résulter de l’effondrement de la demande mondiale de produits agroalimentaires au niveau international, les perturbations croissantes des marchés alimentaires locaux et les problèmes croissants d’accès à la nourriture en raison de la perte de sources de revenus critiques. Un nombre supplémentaire de130 millions de personnes devaient faire face à une insécurité alimentaire aiguë avant la fin de 2020, en plus des 135 millions de personnes qui étaient déjà en situation d’insécurité alimentaire aiguë avant la crise.

Les États membres du COMESA ont également souffert des aléas de la pandémie. Selon l’OMS, au 12 janvier 2021, il y avait 837 321 cas cumulés et 15 364 décès dans la région. Les pays ayant les infections les plus élevées étaient la Tunisie, l’Égypte, l’Éthiopie, la Libye et le Kenya, tandis que les pays les moins affectés étaient les Seychelles, Maurice, le Burundi, l’Union des Comores et l’Érythrée.

Les restrictions à la circulation internationale et régionale des personnes et le renforcement considérable des contrôles aux frontières ont affecté les activités économiques en réduisant les échanges et en perturbant les chaînes d’approvisionnement mondiales et régionales. Selon la Banque africaine de développement (BAD), la région devait croître de 4,2% et 5,5% en 2020 et 2021 respectivement sans la pandémie Covid-19. Avec la Covid-19, scénario de référence, la croissance était projetée à -3% en 2020 et 3,7% en 2021. Les exportateurs de pétrole, les pays à forte intensité de ressources et ceux dépendant du tourisme devraient être les plus touchés.

La pandémie de Covid-19 entraînera une contraction du commerce du COMESA étant donné que 90% de ses exportations sont destinées aux marchés extérieurs. En 2019, les principales destinations d’exportation étaient l’Union européenne (36%), l’intra-COMESA (10%), l’Afrique du sud (7%), la Chine (6%) et les États-Unis (4%). La perturbation des chaînes d’approvisionnement en raison de la fermeture d’usines et d’entreprises et d’autres mesures de confinement entraînera une réduction de la demande de matières premières et de produits intermédiaires qui constituent l’essentiel des exportations du COMESA. Les principales destinations d’exportation sont parmi les plus touchées par la Covid-19. Certains des principaux partenaires commerciaux devraient connaître une croissance morose en 2020.

Le COMESA importe principalement de l’extérieur de la région. En 2019, les principaux marchés d’origine des importations étaient l’UE (25%), la Chine (15%), l’Inde (5%), l’intra-COMESA (5%), les États-Unis (5%), les Émirats arabes unis (4%), l’Arabie saoudite (4%), RSA (4%) et Turquie (4%). Les importations en provenance des marchés avancés et émergents et des économies en développement devraient se contracter respectivement de 11,6% et 7,7% en 2020. Ceci, ajouté au fait que certains de ces marchés d’origine des importations sont parmi les plus touchés par la Covid-19, entraînera une réduction des Importations par le COMESA de machines industrielles, de matériel de fabrication et de transport qui sont des intrants clés dans le secteur manufacturier. Le commerce transfrontière informel, qui représente environ 40% du commerce intra-COMESA, a été le plus touché. Malgré son rôle dans la création d’emplois et la garantie de la sécurité alimentaire en transférant les produits alimentaires des zones excédentaires vers les régions déficitaires, les commerçants transfrontières informels ont eu des difficultés considérables à transporter des marchandises à travers les frontières. À certaines frontières, les petits commerçants ont trouvé des moyens innovants de faire des affaires grâce à l’achat en gros et à l’utilisation de transport partagé afin de minimiser la propagation de la Covid-19.

La pandémie a entraîné une réduction drastique des activités commerciales, les micro et petites entreprises subissant de fortes baisses par rapport aux grandes entreprises. Ceci est principalement dû à des problèmes de trésorerie, à une augmentation du coût des affaires en raison des coûts supplémentaires liés au respect des mesures de confinement de la Covid-19. En termes de chaînes d’approvisionnement, les grandes entreprises manufacturières ont été les plus touchées en raison de leur plus forte dépendance à l’égard des matières premières des chaînes d’approvisionnement mondiales et régionales par rapport aux petites entreprises.

Afin d’assurer la fluidité de la circulation des biens et des services à travers les frontières, le Conseil des ministres du COMESA, lors de sa huitième réunion extraordinaire tenue virtuellement le 14 mai 2020, a adopté des lignes directrices pour le mouvement des biens et des services essentiels à travers l’espace COMESA pendant la pandémie de Covid-19.

Nonobstant les effets négatifs, la pandémie a créé des opportunités pour les entreprises d’innover, de développer de nouvelles stratégies et de nouveaux produits pour survivre. Certaines entreprises ont réorienté leurs chaînes de production en vue de produire des articles essentiels pendant la pandémie de Covid-19 en réponse à une demande accrue créée par les perturbations de la chaîne d’approvisionnement. Les entreprises offrant des services liés aux technologies de l’information ont connu une forte augmentation de leurs activités en raison de l’augmentation des transactions en ligne et des modalités de télétravail dans la plupart des entreprises et organisations.

Cet appel à contributions cherche des articles qui explorent les voies et moyens par lesquels le COMESA peut réorganiser son commerce et ses activités à la suite de la pandémie de Covid-19. Des études de cas pertinentes sur l’un des domaines sous-thématiques seront examinées en vue d’être présentées au 8e Forum annuel de recherche du COMESA.

Objectif de l’appel à contributions

L’objectif de cet appel est de rechercher des documents de recherche empirique ou axée sur les politiques afin d’aborder les questions pertinentes à l’agenda de l’intégration régionale dans la perspective de Repenser le commerce et les affaires dans un monde sous Covid-19. 

Thème de recherche

Le COMESA appelle donc à des contributions sous le thème ci-après : « Repenser le commerce et les affaires dans un monde sous Covid-19».

Le thème doit être envisagé dans l’un des domaines sous-thématiques suivants :

  1. Le commerce intra-COMESA et la Covid-19 ;
  2. La numérisation du commerce, la facilitation des échanges et la pandémie de Covid-19 ;
  • La Covid-19 et le commerce des services au sein du COMESA ;
  1. La fabrication, les chaînes de valeur régionales et la Covid-19 dans la région COMESA ; et
  2. Le commerce agricole, la sécurité alimentaire et la Covid-19.

Structure proposée 

Il est prévu que chaque article aura la structure suivante :

Titre de l’étude : Questions d’actualité tirées des domaines sous-thématiques dans la perspective de de Repenser le commerce et les affaires dans un monde sous Covid-19. 

Contexte : Le contexte de la recherche soulignant les problèmes qui nécessitent une enquête, les lacunes apparaissant dans les connaissances que le document de recherche tente de combler, indiquant clairement le problème/la question à l’étude ;

Objectif(s) : Un énoncé clair des objectifs spécifiques de la recherche, des questions abordées ou à traiter. Les questions de recherche ou l’hypothèse auxquelles l’article tente de répondre ;

Connaissances existantes : Un examen de la documentation pertinente et des recherches antérieures sur la question à l’étude, y compris les données, l’approche méthodologique, la portée, les paramètres et les résultats, entre autres. Soulignant également les politiques existantes sur le sujet de recherche ;

Méthodologie : Une description de la méthodologie de recherche, y compris les outils économétriques ou d’enquête, le cas échéant, une discussion sur les besoins en données, les sources, la disponibilité et les outils et méthodes d’analyse des données utilisés et, si nécessaire, la stratégie de collecte de données ;

Résultats/constatations : Une discussion succincte des résultats de la recherche et leur corrélation avec les résultats d’études similaires ; et

Implications sur les politiques suivies : Une discussion détaillée de la valeur ajoutée aux connaissances existantes et de la pertinence des politiques, y compris les questions/domaines émergents pour la recherche future et le débat des politiques suivies.

L’appel à contributions

Le COMESA invite maintenant les chercheurs à soumettre des résumés détaillés et des articles complets sous les différents sous-thèmes. Les résumés et les articles seront examinés, et les auteurs retenus seront invités à faire une présentation lors du 8e Forum annuel de recherche du COMESA qui se tiendra en août 2021. Les articles sélectionnés seront examinés par des pairs et envisagés pour parution dans la publication phare du COMESA « Les enjeux majeurs de l’intégration régionale», volume X.

Délais limites

Soumission des projets d’articles complets ou de résumés détaillés : 15 mars 2021
Notification d’acceptation d’articles ou de résumés détaillés : 31 mars 2021
Soumission des documents finaux au Secrétariat du COMESA : 30 mai 2021

Politique éditoriale

Les articles doivent être rédigés et présentés conformément à la Politique éditoriale du COMESA et ne pas dépasser 10 000 mots.

Soumission

Veuillez soumettre les résumés et articles détaillés sous format Word en copie électronique par courriel à :

Benedict Musengele
Courriel : bmusengele@comesa.int
Téléphone : +260-211-229-725/32

avec copie à :

Jane Kibiru
Courriel : jkibiru@comesa.int
Téléphone : +260-211-229-725/32

Cliquez sur le lien ci-dessous pour plus de détails

Cet article est également disponible en:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.