Bientôt un Code régional de conformité aux lois anti-corruption

Le COMESA élaborera bientôt un Code type régional de conformité aux lois anti-corruption en vue d’aider les entreprises de la région à améliorer leur environnement de travail. Cette initiative s’inscrit dans le cadre des activités du Projet Intégrité mis en œuvre par le Conseil des opérateurs économiques du COMESA (COC), en partenariat avec le Centre pour l’entreprise privée internationale (CIPE).

L’objectif de cette initiative est de renforcer la capacité du secteur privé à endiguer la corruption et à accroître sa participation aux initiatives de transparence et de réforme afin de créer un environnement propice aux affaires.

Le code régional servira de guide aux entreprises de l’espace COMESA afin qu’elles se conforment aux lois anti-corruption, et elles pourront adopter et utiliser ce document de référence.

Le Forum économique mondial estime que la corruption augmente le coût des affaires de près de 10% en moyenne. Les pays qui affichent de mauvais résultats aux indicateurs de la Facilité de faire des affaires (« Doing Business ») de la Banque mondiale obtiennent également des résultats médiocres à l’Indice de perceptions de la corruption. Ce fait montre que les pays fortement corrompus ont de même du mal à attirer les entreprises.

Quant aux recherches effectuées par le Fonds monétaire international, elles ont montré que les investissements dans les pays corrompus sont inférieurs de près de 5% à ceux qui vont dans les pays relativement peu touchés par la corruption. À son tour, l’Union africaine estime que le continent perd jusqu’à 15 milliards USD par an en raison de la corruption.

Conscient du coût élevé de la corruption dans les économies régionales et de son impact négatif sur la croissance des entreprises, le COC a lancé un programme de formation à la lutte contre la corruption dans les États membres du COMESA dans le cadre du Projet Intégrité dans les affaires. Jusqu’à présent, des sessions de formation ont été organisées en Éthiopie, au Rwanda et à Maurice. La Zambie sera la suivante du 27 au 28 février 2019.

Les sessions de formation s’adressent spécifiquement aux acteurs de la conformité, notamment le personnel de direction, de l’acquisition des biens et des services, des finances et des ventes. L’objectif est de les doter des connaissances nécessaires pour mettre en place des systèmes de conformité aux lois anti-corruption au sein de leurs entreprises.

Ces compétences leur permettront également d’examiner et de déterminer les mesures de prévention de la corruption requises au sein de leurs entreprises respectives, d’apprécier et de comprendre les méthodes de définition et d’élaboration de programme de conformité efficace répondant aux normes internationales. Elles leur serviront en outre pour rendre opérationnelles les composantes du programme de déontologie anti-corruption et de conformité à la lutte contre la corruption.

En Zambie, la formation ciblera initialement 60 entreprises. Elle sera organisée conjointement par le COC, le CIPE, l’Association zambienne des banques, l’Association zambienne des industriels ainsi que le Bureau zambien de normalisation sur le thème : Renforcer l’intégrité dans les affaires pour le bénéfice des PME du COMESA.

Le CIPE est l’un des quatre principaux instituts de la National Endowment for Democracy (Fondation nationale pour la démocratie) et une organisation à but non lucratif affiliée à la Chambre de commerce des États-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.