Égypte – Lancement de la plateforme « 50 Millions de femmes africaines ont la parole »

L’Égypte est devenue le septième État membre du COMESA à lancer la plateforme « 50 Millions de femmes africaines ont la parole » -50MFAP- lors d’un événement haut en couleurs organisé au Caire, le mercredi 18 novembre 2020.

Le lancement national de la plateforme a été présidé par M. Tarek Shash, Directeur exécutif adjoint de l’Agence égyptienne de développement des micro, petites et moyennes entreprises (MSMEDA). Ce dernier représentait Son Excellence Nevine Gamea, Ministre du Commerce et de l’Industrie du pays et Administrateur à l’Agence MSMEDA.

À l’occasion de l’événement qui a attiré de nombreux participants, avec une organisation mixte combinant des cérémonies en présentiel et par visioconférence, M. Tarek Shash a accordé un appui fort à la plateforme, en décrivant l’initiative 50MFAP comme « une clef de voûte » parce que la stratégie nationale égyptienne pour les PME est axée sur la numérisation.

« Les femmes ont la priorité en termes d’entrepreneuriat et, partant, la mise en place de cette plateforme nous aidera à réaliser le plan qui leur permettra de collaborer à travers des réseaux», a déclaré M. Tarek Shash.

« Ceci n’est que le commencement ; nous devrons en faire davantage après le lancement. La réussite de la plateforme ne saurait être assurée en agissant individuellement », a-t-il ajouté en soulignant la nécessité d’une constante collaboration. Le Directeur exécutif adjoint de l’Agence MSMEDA a également remercié le COMESA et la Banque africaine de développement – BAD– pour leur soutien ayant permis la concrétisation de la plateforme en Égypte.

La délégation de haut niveau du COMESA à l’événement était conduite par le Secrétaire général adjoint- Programmes, l’ambassadeur Kipyego Cheluget qui a fait observer que la participation économique des femmes est essentielle à l’éradication de la pauvreté et à une croissance économique inclusive.

L’ambassadeur Cheluget a cependant dénoncé les obstacles sexospécifiques que sont l’accès limité à l’information et aux possibilités de réseautage qui constituent une entrave à la capacité des femmes à créer une entreprise. Il a fait remarquer que la plateforme 50MFAP permettra de changer cette situation.

« La plateforme 50MFAP est une initiative qui utilise la technologie pour l’autonomisation des emmes en leur fournissant les informations dont elles ont besoin pour le lancement de leur entreprise ou la croissance de celle-ci. »
« Cette plateforme numérique représente bien plus qu’un marché pour les femmes égyptiennes pour présenter leurs produits ou les rapprocher des acheteurs. C’est une plateforme procurant des informations sur les endroits leur permettant d’accéder aux services financiers, à la formation en gestion d’entreprises, l’acquisition des connaissances financières et aux conseils pratiques pour exercer une activité d’importation ou d’exportation », a-t-il déclaré.

Il a félicité le gouvernement égyptien pour son soutien à la mise en œuvre de l’initiative et l’a exhorté à consacrer les ressources financières nécessaires à sa viabilité. Il a remercié le partenaire financier, la BAD, pour l’appui financier qui a permis l’exécution du projet 50MFAP dans l’ensemble des blocs régionaux du COMESA, de l’EAC et de la CEDEAO.

Quant à Mme Malinne Blomberg, Responsable bureau-pays de la BAD pour l’Égypte, elle a fait remarquer que le projet 50MFAP reflète le programme de la Banque visant à intégrer la perspective genre dans toutes ses initiatives, en ajoutant également que la plateforme 50MFAP peut avoir une importance plus grande encore que celle envisagée initialement dans le contexte de la pandémie de Covid-19. »
Des lancements dans huit autres États membres du COMESA sont prévus.

Cet article est également disponible en:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.