ÉTUDE SUR LA DURABILITÉ DES BUREAUX D’INFORMATION COMMERCIALE –BIC

  1. INTRODUCTION

Le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) a reçu un financement de la Banque mondiale sous la forme d’une subvention pour la mise en œuvre du Projet de facilitation du commerce dans la région des Grands Lacs (PFCGL) et de la part de l’Union européenne dans le cadre du 11e Fonds européen de développement (FED) – Initiative sur le petit commerce transfrontière (ICTF) pour les activités liées à l’amélioration du commerce transfrontière dans la région COMESA/tripartite. Le COMESA a l’intention d’affecter une partie des recettes au coût des services de conseil pour une «Étude sur la durabilité des Bureaux d’information commerciale –BIC». 

  1. CONTEXTE

Le COMESA est un regroupement régional de 21 États membres africains qui ont convenu de promouvoir l’intégration régionale grâce au développement des échanges et la facilitation du transport.

Le GLTFP fait partie de l’initiative plus large des Grands Lacs (IGL) de la Banque mondiale qui reflète l’engagement de cette dernière à aider les pays de la région des Grands Lacs (RGL) à réduire la pauvreté et à promouvoir une prospérité partagée en ciblant certains des groupes les plus vulnérables dans les régions frontalières de la République démocratique du Congo (RDC) et des pays voisins (Burundi, Ouganda, Rwanda, Tanzanie et Zambie). L’ICTF vise à accroître le flux des petits commerces transfrontières formels dans le COMESA/la région tripartite, conduisant à une perception accrue des revenus pour les États aux postes-frontières ciblés, notamment à Mwami/Mchinji entre la Zambie et le Malawi, Kasumbalesa entre la Zambie et la RDC, Chirundu entre la Zambie et le Zimbabwe, Tunduma entre la Zambie et la Tanzanie, ainsi que Moyale entre l’Éthiopie et le Kenya. L’une des principales activités des deux programmes est la fourniture d’informations et de soutien à la sensibilisation des commerçants transfrontières, plus particulièrement la catégorie petit commerce, ainsi que la collecte de données sur le petit commerce.

À cette fin, le COMESA a soutenu la création de Bureaux d’information commerciale (BIC) à certains points de passage dans la région. Les BIC sont gérés par des Responsables des Bureaux d’information commerciale (ResBIC). Les rôles principaux des ResBIC tournent autour de la fourniture d’informations / sensibilisation des commerçants transfrontières et la collecte d’informations sur le petit commerce transfrontière qui, autrement, échapperaient aux agences frontalières officiellement désignées telles que les douanes. Ces informations sont essentielles pour la planification et la formulation des politiques des pays respectifs.

Les BIC sont actuellement opérationnels au niveau de 11 frontières sélectionnées du COMESA-PFCGL dans les 3 pays de projet à savoir: (i) Mahagi (RDC)/Goli (Ouganda); ii) Kasindi (RDC)/Mpondwe (Ouganda); (iii) Bunagana (RDC)/Bunagana (Ouganda); (iv) Goma (RDC)/Petite Barrière Rubavu (Rwanda); (v) Bukavu (RDC)/Rusizi I (Rwanda) et Bugarama (Rwanda)/Kamanyola (RDC). En outre, les BIC sont également opérationnels au niveau de 8 frontières COMESA-ICTF sélectionnés, à savoir : i) Kasumbalesa (RDC)/Kasumbalesa (Zambie); ii) Nakonde (Zambie)/Tunduma (Tanzanie); iii) Mwami (Zambie)/Mchinji (Malawi); (iv) Chirundu (Zambie)/Chirundu (Zimbabwe).

Complémentarité et coordination des bailleurs de fonds: 

Les deux programmes –ICTF et PFCGL– examineront les synergies et complémentarités dans les mêmes domaines de mise en œuvre étant donné qu’ils relèvent actuellement du Secrétariat du COMESA. Ils s’appuient à la fois sur les acquis et les instruments existants du COMESA.

Une coordination étroite sera assurée avec d’autres programmes financés par les bailleurs de fonds tels que ceux de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Coopération allemande au développement (GIZ) soutenant le déploiement de ResBIC, les activités de renforcement des capacités et la mise en place d’infrastructures au niveau de plusieurs postes-frontières de la Région des Grands lacs. Une coordination étroite sera également assurée avec les initiatives transfrontières financées par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’UE dans la Corne de l’Afrique.

  1. OBJET DE LA MISSION

La mission a pour objectif de mener une étude sur les moyens appropriés de maintenir et soutenir les ResBIC aux frontières afin qu’ils continuent à faciliter le commerce transfrontière (et plus particulièrement pour les petits commerçants) au-delà des calendriers de l’ICTF, du GLTFP et/ou de toute initiative du COMESA. La mission sera entreprise par une équipe de consultants (cabinet) étant donné que cela requiert une diversité de compétences techniques et humaines pour la bonne exécution des tâches clés.

  • [Download not found]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.