La FEMCOM préconise l’autonomisation des femmes

La Fédération des associations nationales des femmes entrepreneurs du COMESA (FEMCOM) a profité de la Journée internationale de la femme cette année pour préconiser l’autonomisation des femmes et l’égalité des chances sur le marché du travail par le biais de l’amélioration des compétences des jeunes femmes.

S’exprimant dans le cadre de la célébration de la journée à Machinga, au sud de Lilongwe, la capitale du Malawi, Mme Ruth Negash, Directrice de la FEMCOM, a appelé toutes les parties prenantes à intensifier leurs efforts en faveur de l’éducation des filles.

« L’éducation permettra de créer un vivier à partir duquel seront sélectionnés des ingénieurs, des scientifiques, des médecins et des entrepreneurs», a-t-elle déclaré. «Considérant la situation actuelle, ce monde a besoin de femmes et de filles suffisamment éduquées pour pouvoir surmonter les défis modernes en apportant des innovations et de la créativité sur le marché.»

L’événement avait pour thème: «Je suis la Génération Égalité: Réalisation des droits des femmes» et a vu la participation des partenaires de développement dont ONU Femmes, l’UNICEF, le PNUD, Christian Aid, la GIZ, l’Ambassade de Norvège et la FEMCOM.

Mme Negash a exhorté les familles et les autorités traditionnelles à respecter les droits des filles et a déploré les mariages précoces qui privent les filles de la possibilité de devenir de grands acteurs du développement économique de leur nation et de la région dans son ensemble.

La Présidente de l’antenne de la FEMCOM du Malawi, Mme Barbra Banda, a déclaré que d’importantes disparités subsistent encore en termes de participation des femmes dans les différents domaines, incluant l’économie formelle et informelle, la politique et l’accession aux postes de décision.

« Alors que nous célébrons l’accession de la première femme à la présidence du Parlement –au Malawi–, seuls 45 membres sont des femmes sur un total de 193. Cela signifie que nous sommes encore bien loin des 50/50 », a souligné Mme Banda.

Et d’ajouter que malgré les progrès réalisés en matière d’intégration des femmes dans des postes de direction dans les secteurs public et privé, avec le rythme auquel cette transformation est menée, il faudrait de nombreuses années pour atteindre la parité hommes-femmes.

Quant à la Ministre du Genre du Malawi, Mme Mary Navicha, dans son discours, elle a encouragé les femmes à travailler plus dur pour devenir économiquement indépendantes, à éduquer leurs filles sur un pied d’égalité avec les garçons et à les protéger du mariage précoce.

«Le mariage avec des filles mineures aussi jeunes que 10 ans se produit en raison du manque de ressources pour les envoyer à l’école. Les jeunes filles doivent acquérir des compétences afin qu’elles puissent devenir employables sur le marché du travail », a-t-elle déclaré.

Et au cours de l’événement, l’antenne de la FEMCOM au Malawi a sensibilisé le public sur la violence basée sur le genre et la manière dont les femmes et les filles peuvent se défendre et s’autonomiser afin de lutter contre des pratiques traditionnelles néfastes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.