Les États membres du COMESA discutent d’un cadre régional pour la résilience face au climat

Les experts en gestion des catastrophes et atténuation des effets des changements climatiques en Afrique orientale et australe souhaitent que le COMESA mette au point rapidement le cadre de résilience climatique et organise une réunion de validation avec tous les États membres.

Lors d’une réunion la semaine dernière à Chisamba, en Zambie, les experts, composés de hauts fonctionnaires représentant 13 pays du COMESA, se sont engagés à travailler ensemble pour renforcer leurs mécanismes de politique et de coordination, conformément au cadre régional du COMESA sur la résilience face au climat.

Ils ont également convenu d’utiliser le cadre comme guide pour renforcer leurs politiques nationales face aux problèmes posés par le changement climatique.

Selon un rapport de situation présenté à la réunion, la plupart des pays du COMESA sont vulnérables et font face aux mêmes menaces de changement climatique et de sécheresse, d’inondations, de chocs industriels, de précipitations extrêmes et d’épidémies, de guerres et de troubles civils, entre autres.

Dans cette optique, le Secrétariat du COMESA, par l’intermédiaire de l’Unité Changement climatique, a organisé une réunion de deux jours avec les responsables des ministères chargés de la Planification, de l’Agriculture, de l’Environnement, de la Santé, de la Gestion des catastrophes et des mesures d’atténuation pour examiner la situation actuelle dans la région et tracer la voie à suivre.

Parmi les sujets abordés au cours de la réunion, citons l’introduction à la résilience et aux risques, les avantages/bénéfices de la résilience, l’assurance contre les risques, les études de cas du continent africain, les éléments essentiels d’un système d’alerte avancée efficace, la préparation aux catastrophes, les mesures d’intervention préventives et correctives, les exigences politiques pour promouvoir la résilience et le financement de la résilience au niveau national.

Parmi les principales recommandations, il y avait la nécessité pour le COMESA d’organiser des plates-formes régionales pour le partage d’expérience dans la préparation aux catastrophes (y compris les systèmes d’alerte avancée) et les expériences réussies en matière d’atténuation de catastrophes.

« Le COMESA devrait convoquer une réunion préalable à la COP 25 pour préparer la région à une participation effective aux négociations sur les changements climatiques, en particulier dans les domaines de l’adaptation aux effets des changements climatiques, des pertes et dommages causés par lesdits changements », ont déclaré les délégués dans leur rapport final.

En outre, ils ont demandé au COMESA d’aider les États membres à mettre au point des initiatives liées à celles de l’agriculture adaptée au climat et à l’assurance des sinistres météorologiques.

Des représentants de la Commission de l’Union africaine (CUA), de la Communauté est-africaine (EAC), du Centre de prévision et d’applications du climat de l’IGAD (ICPAC), du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de l’ARC ont pris part à la réunion.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.