Restrictions sur les mouvements transfrontières : Effet sur la chaîne d’approvisionnement en semences

Les restrictions sur les mouvements transfrontières imposées par les pays de la région en réponse à la pandémie de coronavirus ont altéré l’approvisionnement en semences, ce qui pourrait entrainer l’insécurité alimentaire.

L’Association africaine du commerce des semences (AFSTA) et l’Alliance pour le commerce des produits de base en Afrique orientale et australe (ACTESA) ont de ce fait recommandé la classification des semences en tant que produits essentiels qui devraient être autorisés à circuler librement dans la région.

«123 millions de personnes sur 650 millions dans la région COMESA risquent de souffrir de la faim si le mouvement des semences n’est pas normalisé au cours des six prochains mois », a déclaré M. John Mukuka, Expert en semences de l’ACTESA/COMESA.

M. Mukuka a également déclaré que certains pays avaient signalé des difficultés à faire circuler les semences à travers les frontières. Si cette tendance se poursuit, les récoltes seront insuffisantes. Cette situation conduira à l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la faim dans le COMESA et les pays africains, au cours des prochains mois.

«La fermeture des frontières ou même le ralentissement des mouvements transfrontières de semences pourraient créer un problème majeur dans la chaîne d’approvisionnement en semences », a ajouté M. Mukuka, notant que les pays de la région doivent garantir l’accès aux semences de qualité et améliorées pour les 80 millions de petits agriculteurs de l’espace COMESA et au-delà.

Il fait observer qu’aucun pays ne peut actuellement approvisionner complètement les agriculteurs en semences de qualité de leur choix uniquement à partir de sa propre production. Par conséquent, des entreprises produisent des semences dans différents pays de la planète, y compris dans le COMESA, pour atténuer le risque de mauvaises récoltes en raison de conditions météorologiques défavorables.

«En trouvant des emplacements optimaux pour la production de semences, le moment de la récolte et une expertise localisée, le secteur des semences assure un approvisionnement régulier pour les agriculteurs partout dans la région et dans le monde», a-t-il déclaré.

M. Mukuka fait noter que l’ACTESA et l’AFSTA appellent les États membres à autoriser la libre circulation des semences pendant cette période de l’année, conformément aux pratiques internationales standard du commerce des semences et conformément au Plan d’harmonisation des semences du COMESA (SEMCOM).

Cela comprend la facilitation du mouvement des semences dans la région conformément au Plan d’harmonisation des semences du COMESA, l’application de mesures phytosanitaires pour les semences uniquement pour les ravageurs qui ne sont pas communs à tous les pays du COMESA, l’utilisation des certificats et étiquettes de semences régionales du COMESA pour toutes les semences répondant aux normes de semences du COMESA, entre autres. 

Depuis 2010, l’ACTESA travaille avec l’AFSTA sur la mise en œuvre du SEMCOM. L’AFSTA compte plus de 118 membres issus de 39 pays, dont 27 sont des associations nationales du commerce des semences (ANCS) en Afrique et 44 membres associés dans le monde. 

L’ACTESA est une agence spécialisée du COMESA créée pour promouvoir la production et la commercialisation des denrées alimentaires de base dans la région

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.