COMESA-UE: Signature d’un financement de 10 millions € en faveur du secteur privé

Les milieux d’affaires des États membres du COMESA vont bénéficier de 10 millions d’euros octroyés par l’Union européenne pour soutenir une plus grande participation du secteur privé aux chaînes de valeur régionales et mondiales.

Cette annonce fait suite à la signature d’une convention de financement entre l’UE et le COMESA pour la mise en œuvre du Programme régional de compétitivité des entreprises et d’accès aux marchés (RECAMP). Le financement a été signé ce lundi 18 février 2019 à Lusaka, en Zambie. On notera que le Programme RECAMP est financé par le 11e Fonds européen de développement.

La Secrétaire générale du COMESA, Mme Chileshe Kapwepwe et le Chef de la Délégation de l’UE en Zambie et auprès du COMESA, l’Ambassadeur Alessandro Mariani, ont signé pour le compte de leurs organisations respectives.

Le Programme RECAMP s’étendra sur cinq ans et sera axé sur trois chaînes de valeur prioritaires: agro-alimentaire, horticulture, cuir et produits en cuir.

L’Ambassadeur Mariani a déclaré que les chaînes de valeur ciblées ont été retenues du fait de leur forte demande tant dans la région que sur les marchés internationaux.

«Nous sommes persuadés que cette initiative représente la plus grande opportunité pour la participation des petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes et des jeunes à travers la formation de solides partenariats avec de grandes entreprises en amont des chaînes de valeur», a-t-il indiqué.

Le programme vise deux principaux domaines de résultats. Le premier consiste à améliorer durablement la compétitivité et l’accès aux marchés des petites et moyennes entreprises (PME) et des autres entreprises des chaînes de valeur ciblées.

Sous ce volet, le programme facilitera la mise en réseau, l’accès au savoir ainsi qu’aux informations vitales sur le marché. Il soutiendra en outre les relations d’affaires formelles entre les PME, les fournisseurs régionaux clés et les entreprises chefs de file. Par ailleurs, l’initiative appuiera les structures de gouvernance plus formalisées dans les chaînes de valeur et renforcera les capacités des PME et d’autres acteurs en matière de respect des mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) et des normes techniques (OTC) pour se conformer aux exigences des marchés régionaux.

Le deuxième domaine de résultats mettra l’accent sur l’amélioration du climat d’affaires pour les PME et les autres entreprises des chaînes de valeur sélectionnées. Il s’agira de compléter les stratégies nationales actuelles développées par les États membres pour la transformation économique via l’industrialisation. Les activités comprendront un soutien à l’apprentissage entre pairs, les pays en tête partageant leurs expériences.

Mme Kapwepwe a souligné que les contraintes liées à l’offre contribuent grandement à la faiblesse de compétitivité et de productivité des industries de la région ainsi qu’à l’incapacité des PME, en particulier les entreprises appartenant à des femmes et à des jeunes, de participer aux réseaux de production régionaux.

« Selon les conclusions d’un exercice d’établissement de profils des PME dans les filières de la chaussure, des vêtements et du manioc entrepris par le Secrétariat du COMESA, il a été noté qu’au moins 65% des PME opérant dans la région sont confrontées à la plupart de ces contraintes », a expliqué Mme Kapwepwe.

Dans le cadre du programme, les champions ou les entreprises chefs de file au sein des chaînes de valeur sélectionnées, qui ont des liens en amont et en aval avec les PME et autres entreprises intermédiaires, seront identifiés en vue d’améliorer la coordination des effets, réduire les échecs de coordination et améliorer la compétitivité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.