Redémarrage de l’industrie textile au Zimbabwe

Le pôle de Chitungwiza vise un chiffre d’affaires de 500 000 USD d’ici la fin de 2020

Entre 2000 et 2010, la production de textiles et de vêtements au Zimbabwe a connu des moments très difficiles, entraînant la fermeture d’entreprises et des pertes d’emplois. Les produits d’importation bon marché ont inondé le marché, paralysant le secteur autrefois florissant car il ne pouvait plus faire face à la concurrence.

Le scénario commence à changer. Le secteur se réveille et devient l’un des plus prometteurs du pays si l’on se fie à ce qui se passe à Chitungwiza, au sud de Harare. Ici, un pôle de fabrication de vêtements et de textiles bat son plein, produisant des vêtements qui vont se retrouver dans les rayons des maisons de haute couture et dans les établissements d’enseignement de la région.

En 2018, le pôle de production textile de Chitungwiza a uniquement produit des vêtements pour le magasin Edgars Fashion du Zimbabwe, avec lequel il a obtenu un montant minimal de 4 000 USD par commande. Le pôle a depuis étendu sa production aux écoles avec la fabrication d’uniformes, de maillots et de survêtements. En janvier 2020, la chance lui a souri et il a reçu de nombreuses commandes, notamment des survêtements de plus de 3 000 unités pour divers lycées à Harare et des environs, lesquelles ont été livrées fin février 2020.

Le pôle a également produit et livré des vêtements à divers magasins d’habillement du pays pour une valeur de plus de 25 000 USD. Il prévoit maintenant d’accroitre sa capacité de livraison pour atteindre une valeur de 500 000 USD. Le pôle produit actuellement plus de 200 vêtements en une journée et dispose d’un flux de trésorerie suffisant lui permettant de gérer ses dépenses sans l’aide du financement du projet.

La relance du secteur a pu se faire grâce à la Facilité d’ajustement du COMESA (FAC) et au Mécanisme d’appui à l’intégration régionale (MAIR) financé par l’Union européenne. Dans la première phase du décaissement des fonds, le Zimbabwe a bénéficié d’une somme de 4,2 millions d’euros grâce à une convention de subvention entre le gouvernement et le COMESA signée en septembre 2014.

En vue de garantir la durabilité et la qualité des produits, le COMESA prévoit d’introduire des programmes d’échange pour les pôles du Zimbabwe et dans la région afin de partager les expériences et les bonnes pratiques. Cela englobera toutes les chaînes de valeur de la production.

Lors d’une visite du pôle par l’équipe du COMESA dirigée par Mme Hope Situmbeko, Coordonnatrice du MAIR, le 28 février 2020, il a été noté que les structures de gouvernance du pôle devraient être renforcées pour soutenir cette entreprise en croissance rapide.

«Le pôle devrait élaborer un système de gestion et de gouvernance garantissant des audits irréprochables, en utilisant par exemple un système d’audit corporatif, a déclaré Mme Situmbeko. Cela comprend la mise en place de structures permettant à un échantillon représentatif des acteurs de faire partie de l’équipe de direction, incluant les jeunes, les femmes et les hommes ayant diverses compétences managériales et techniques.

Pour présenter certains des résultats de la mise en œuvre du projet au Zimbabwe, l’unité d’exécution du projet basée à la Chambre de compensation du COMESA à Harare, prévoit d’accueillir une Indaba (assemblée) réunissant toutes les parties prenantes qui ont bénéficié de soutien dans le cadre de la Facilité d’ajustement du COMESA (FAC) et du MAIR.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.