Résultats du Dialogue économique de haut niveau

Le Dialogue économique de haut niveau du COMESA, baptisé Source21, s’est achevé après deux jours de délibérations à Nairobi, au Kenya. Il a permis d’identifier les domaines clés pour l’accroissement du commerce régional à savoir : promouvoir la compétitivité du secteur manufacturier, lutter contre le commerce illicite, améliorer l’accès des entreprises au financement, combler le fossé numérique et améliorer la compétitivité de l’agriculture. Le dialogue a consisté en une table ronde présidentielle et du secteur privé réunissant les Présidents Uhuru Kenyatta (Kenya), Yoweri Museveni (Ouganda), Edgar Lungu (Zambie) et le Président par intérim de Maurice, Paramasivum Pillay Vyapoory.

Ont également participé à la table ronde la Secrétaire générale du COMESA, Mme Chileshe Kapwepwe, le Secrétaire général de la CNUCED, M. Mukhisa Kituyi, ainsi que le président du Conseil des opérateurs économiques du COMESA, Marday Venkatasamy qui a présenté les recommandations formulées.

Les principaux messages du dialogue présidentiel ont été la nécessité de s’attaquer aux obstacles à la compétitivité des entreprises et aux facteurs de coût élevé des affaires, tels que les infrastructures, les transports et la cherté de l’impression de la monnaie.

Tout en plaidant pour l’éducation et le développement des compétences, les dirigeants ont également appelé à la promotion de l’approvisionnement local au sein des États membres et à la nécessité d’identifier la sous-consommation des produits locaux et d’élaborer des stratégies pour y remédier.

En vue d’accélérer la mise en œuvre de la ZLECAf, les dirigeants ont exhorté les États membres à envisager de s’appuyer sur les Règles d’origine et les tarifs négociés dans le cadre de la Zone de libre-échange tripartite (ZLET). La promotion de l’accès au marché pour les produits « Made in Africa » (Fabriqué en Afrique) a été fortement soulignée.

En ce qui concerne la promotion de la compétitivité du secteur manufacturier, plusieurs recommandations ont été adoptées concernant la nécessité d’harmoniser les cadres réglementaires en matière de normes, notamment l’adoption de mesures d’équivalence au sein du COMESA. La réunion a appelé les États membres à renforcer la coordination et à élaborer une stratégie régionale pour lutter contre le commerce illicite. En particulier, l’accent devrait être mis sur le renforcement de la coopération entre les pays et les services d’application de la loi.

Le dialogue a également exhorté les États membres à mettre au point un mécanisme financier ou des fonds de capital-risque alternatifs, spécialisés et abordables pour les PME, par le biais de partenariats avec des investissements multilatéraux visant à améliorer l’accès des PME au financement.

En vue de réduire le fossé numérique, le message clé était que les pays devraient accroître leurs investissements dans les infrastructures routières, ferroviaires et énergétiques afin de réduire les coûts des activités commerciales.

Lors de la cérémonie de clôture, le Secrétaire principal au Commerce du Kenya, M. Chris Kiptoo, a assuré aux participants que son pays veillerait à la mise en œuvre des résultats du Dialogue de haut niveau. Le Secrétaire général adjoint du COMESA chargé des Programmes, M. Kipyego Cheluget, a remercié le Gouvernement du Kenya pour le leadership dont il avait fait preuve dans la conduite des programmes d’intégration régionale.

Entretemps, la Foire commerciale internationale organisée parallèlement au Dialogue de haut niveau se poursuivra jusqu’au dimanche 21 juillet 2019 afin de permettre aux opérateurs économiques de constituer des réseaux avec les collègues des 21 pays du COMESA.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.