Suspension du lancement national du projet 50 Millions de femmes africaines ont la parole

Après le développement réussi et le lancement mondial de la Plateforme 50 Millions de femmes africaines ont la parole (50MFAP) en novembre 2019, tout semblait prometteur pour cette action unique en son genre, dont l’objectif est d’autonomiser les femmes dans la région COMESA et sur tout le continent africain. Les lancements nationaux devaient s’ensuivre. Des campagnes de marketing à l’échelle nationale ont été envisagées. Les développeurs de contenu national, chargés de recueillir le contenu pour la plateforme, ont travaillé sur le terrain. Mais avec l’apparition du coronavirus (COVID-19), les travaux sont suspendus pour l’instant.

Le premier cas de COVID-19 dans la région est signalé en février. S’ensuivent la fermeture totale ou partielle des États membres du COMESA, les restrictions de voyage imposées par le Secrétariat de notre organisation et par la plupart des États membres, l’interdiction des rassemblements publics ainsi que la restriction des activités jugées non essentielles.

Les lancements nationaux au premier semestre (de février à juin 2020), le marketing, la publicité et l’inscription des utilisateurs sur la plateforme étaient parmi les principales activités prévues pour le 50MFAP en 2020. Au moment où le COVID-19 a pris racine en Afrique, un seul lancement national (pour la Zambie, 2020) avait pu être réalisé en février. Quatorze autres lancements nationaux étaient prévus. Les lancements pour le Zimbabwe et les Seychelles étaient prévus en mars, tandis que ceux de l’Éthiopie, Érythrée et Eswatini étaient prévus pour avril, mai et juin pour le reste des pays.

Le projet de trois ans est financé par la Banque africaine de développement et est conjointement mis en œuvre par le COMESA, la Communauté est-africaine (EAC) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans 36 pays. Il a pour objectif d’autonomiser les femmes entrepreneurs en fournissant une plateforme numérique leur permettant d’accéder aux informations financières et non financières nécessaires au développement ou à la croissance de leurs entreprises.

Les lancements nationaux constituent un point de départ essentiel pour la plateforme 50MFAP dans la conscience des principales parties prenantes, y compris le gouvernement/ les entités publiques, le secteur privé, les médias, la société civile et les associations de femmes. Ils devraient ouvrir la grande voie pour vendre la plateforme, intéresser des partenaires potentiels et ouvrir des opportunités d’illustrations pratiques de l’utilité de la plateforme à travers la formation des utilisateurs. Ils serviront également de tremplins pour les activités de marketing de la plateforme dédiées qui seront menées à travers les ateliers, les médias traditionnels et les médias numériques.

La restriction de la circulation des personnes signifie également que les consultants recrutés comme développeurs de contenu national (DCN) sont pour le moment incapables de générer du contenu pour la plateforme. De même, les activités de sensibilisation hors ligne sont suspendues, y compris les ateliers avec les femmes entrepreneurs de la RD Congo et de la Tunisie et les consultations prévues avec les femmes en Zambie et au Soudan.

Bien que la promotion en ligne de la plateforme reste une option, cette dernière n’est pas pleinement exploitée étant donné que l’attention du public cible porte pour le moment sur les messages relatifs au COVID-19. Le nombre d’utilisateurs accédant à la plateforme a enregistré une baisse entre 6% et 30% par rapport à la deuxième semaine de mars, lorsque les États membres ont commencé à appliquer les mesures préventives. Nous pouvons en déduire de ces statistiques que l’apparition du COVID-19 en Afrique a réduit la consommation de contenu sur des plateformes comme le 50MFAP car la plupart des gens recherchent plutôt des informations sur le COVID-19. Cette situation n’est cependant pas un cas unique.

Le projet a répondu de manière appropriée aux défis posés par la pandémie de COVID-19 de plusieurs façons. Il s’agit notamment de la poursuite des aspects des plans de lancement nationaux qui ne nécessitent pas de réunions physiques, notamment la production des programmes de lancement, l’établissement des listes d’invités et la rédaction des discours. Les équipes pays sont également encouragées à organiser des réunions virtuelles de planification lorsque cela est possible afin de valider le contenu ou discuter des plans de lancement nationaux. L’accent est également mis sur les outils des médias sociaux pour diffuser les messages 50MFAP pendant la période de confinement et le début des exercices de transfert de compétences par les DCN au personnel du ministère afin d’améliorer la capacité de ce dernier à soutenir la plateforme après l’expiration des contrats des consultants.

Avec les mesures d’intervention décrites ci-dessus, les activités du projet se sont poursuivies à un rythme beaucoup plus lent. Il est envisagé que le retour à la situation normale se fera de manière harmonieuse après le COVID-19 car une grande partie du travail préparatoire pour les activités clés, notamment pour les lancements nationaux, aura déjà été réalisée.

En outre, après le COVID-19, une campagne de marketing/promotion à grande échelle entreprise par des sociétés de médias spécialisées devrait positionner la plateforme comme une ressource incontournable pour les femmes entrepreneurs afin de relancer leurs activités.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.